Yaiza Canosa, femme entrepreneur espagnole, en mission pour faciliter la vie des gens

Yaiza Canosa

Quand Yaiza Canosa Ferrio a créé sa première entreprise, ce n’était qu’une nouvelle étape logique dans sa mission de longue date consistant à trouver des solutions. Fondatrice de quatre sociétés prospères, c’est motivée par son désir de faciliter la vie des gens qu’elle a choisi de devenir entrepreneur.

PDG de GOI, une société spécialisée dans la livraison de colis excédant la taille maximale (la plus grande de ses quatre entreprises), Yaiza consacre son temps à résoudre des problèmes grâce à un travail acharné, une démarche cohérente et une bonne organisation.

 

GOI livre des objets volumineux de la vie quotidienne comme des canapés, des machines à laver ou des réfrigérateurs. Il est facile d’acheter en ligne, mais la livraison de ces gros objets n’a pas encore été «optimisée», affirme-elle. Elle s’efforce donc de «démocratiser» ce secteur.

 

Glue Concept, une autre de ses entreprises, offre ses conseils aux entreprises en quête d’améliorations. «Certaines ont besoin d’aide pour la commercialisation, d’autres pour l’internationalisation. Nous offrons notre expertise et notre expérience variées en proposant un soutien personnalisé au moment opportun», explique-t-elle.

 

Les deux autres entreprises de Yaiza, uniques en leur genre, reposent sur des applications. La première, «Winapot», est une application qui met en relation les meilleurs jeux mobiles avec les concours télévisuels, et l’autre, «WithMenu», aide les clients des restaurants à trouver le meilleur menu du jour dans les restaurants du coin.

 

Avec un tel éventail d’entreprises, il n’est guère surprenant que son succès ait été aussi précoce. «J’ai même essayé de créer de petites entreprises à l’école. J’organisais de petits marchés et des jeux avec des billes.» Mais Yaiza reconnaît qu’elle a connu des hauts et des bas. «Lorsqu’on regarde en arrière, cela semble incroyable, mais les débuts sont lents, laborieux et difficiles.»

 

Sa première entreprise lui a permis d’apprendre. «Chaque fois que vous réessayez, que vous croyez en ce que vous faites, vous faites moins d’erreurs et vous progressez. Vous avancez pas à pas sur un terrain peu fiable et assez instable et vous devez vous armer de patience», explique-t-elle.

 

Membre d’une famille de six enfants, Yaiza sait que le travail en équipe est synonyme de réussite. «Le meilleur conseil que je peux vous donner est de vous entourer de personnes plus talentueuses et plus intelligentes que vous. Vous construirez ainsi une équipe capable de faire avancer les choses, de réfléchir de façon globale et de créer des solutions susceptibles de rendre service à des millions de personnes.»

 

Pour Yaiza, être un entrepreneur offre de «beaux» moments, comme cette liberté d’imaginer ce que vous pourriez faire ensuite dans votre travail. «Lorsque vous parvenez à franchir un obstacle, un autre se présente». Mais l’inconvénient, c’est l’incertitude et les frustrations.

 

Yaiza travaille dans un secteur qu’elle estime être dominé à 95% par les hommes. «Certaines personnes ne sont pas habituées à voir des femmes à des postes élevés. Ce n’est pas encore normal. Mais les choses s’améliorent.» Elle trouve que les femmes entrepreneurs devraient se soutenir mutuellement pour maintenir leur élan et être plus nombreuses à exercer le pouvoir.

 

En même temps, elle croit aux vertus de la modestie. «Si vous pensez que vous êtes la meilleure et que vous pouvez tout faire, c’est déjà le début de l’échec», indique-t-elle. «Il y aura toujours des choses que vous pourriez faire mieux, d’autres que vous pourriez faire pire. Je pense qu’avec dévouement et modestie, vous pouvez presque tout faire. C’est ce que j’aimerais dire à toutes les femmes: ne craignez rien, allez-y.»

 

Et c’est exactement ce que fait Yaiza. L’année prochaine, elle envisage d’internationaliser GOI au Royaume-Uni, en France et en Italie à partir de projets pilotes dans chaque nouveau pays.