Une architecte slovaque se lance dans les affaires après avoir conçu une maison de luxe intelligente et durable

Soňa Pohlová

 

 

Ce qui a commencé par un projet ambitieux proposé dans le cadre d’un concours de design a converti l’architecte slovaque Soňa Pohlová et son partenaire en une équipe d’entrepreneurs écologiques. Soňa fait partie d’un groupe d’architectes qui a participé à un appel d’offres en 2009 dans le cadre d’un concours visant à concevoir une maison mobile de luxe pouvant fonctionner hors réseau.

Leur création, l’Ecocapsule, est un habitacle autosuffisant de 8,2 mètres carrés, équipé de panneaux solaires, d’une éolienne silencieuse et d’un système de collecte de l’eau, qui s’est avéré si populaire que l’équipe a poursuivi le projet pendant huit années après le concours.

 

À propos de leur participation à ce concours de design, Soňa indique: «Notre projet a reçu des commentaires extrêmement positifs ainsi que des demandes de la part des membres du public professionnel et du grand public, intéressés par l’achat du prototype. Nous avons donc décidé de le perfectionner et de l’améliorer. C’était au départ un projet parallèle, mais maintenant, il nous occupe à plein temps

 

Lorsqu’ils ont dû passer du travail d’architecte à la création d’une entreprise, Soňa et son collègue architecte Tomáš Žáček ont «acquis de nombreuses compétences en chemin» et ont dû adapter leur mode de travail.

 

«Je pense qu’il est pour nous très formateur de connaître un autre côté du monde des affaires», affirme Soňa. «Avec un produit, il vous suffit de le fabriquer et le client sait ce qu’il va obtenir. Il n’y a pas tout ce processus qu’implique le travail d’architecte. Vous vendez le produit [Ecocapsule] et le client peut changer son intérieur, mais il n’y a pas d’interaction ni de négociation avec lui comme dans le cas d’un travail de conception. C’est la principale différence entre ces deux approches.»

 

Si Soňa apprécie la nouvelle «liberté» que procure l’entrepreneuriat, elle aimerait continuer à travailler aussi dans l’architecture, trouver un équilibre entre les deux activités.

 

«L’entrepreneuriat, c’est un mode de vie. Vous prenez toute la responsabilité puisqu’elle vous incombe, mais d’un autre côté, cela entraîne une certaine liberté car c’est vous qui êtes aux commandes et décidez de la direction à prendre», explique Soňa. «En revanche, avec une entreprise, le processus créatif n’est pas très long, alors que le travail d’architecte vous confronte à des projets variés, à différents clients et à des besoins de toutes sortes. L’Ecocapsule est un seul projet, mais qui semble ouvrir de nombreuses perspectives intéressantes de coopération. Je pense donc que, pour moi, l’idéal c’est de combiner ces deux activités

 

Le produit mis au point par son équipe mise sur «le respect de la nature». En effet, l’Ecocapsule a moins d’impact sur l’environnement qu’une habitation normale. Cette maison transportable ne laisse aucune trace lorsque vous la déplacez et elle est autosuffisante, ce qui en fait l’habitat écologique et hors réseau de rêve.

 

Voulant concevoir une maison du futur, l’équipe a embauché des experts dans les secteurs de l’environnement et du développement durable pour garantir que la capsule «ne laissera aucune trace» tout en procurant un sentiment de liberté et de mobilité.

 

Soňa précise: «Nous voulions fabriquer un produit respectueux de la nature. Nous avons donc embauché des experts pour réfléchir ensemble à la façon dont nous vivons et dont nous utilisons l’énergie. Nous voulons amener les gens à s’interroger sur la quantité d’énergie dont ils ont réellement besoin et réfléchir au gaspillage et aux usages. C’est un objectif à long terme. Avant d’allumer une lumière, nous devons nous demander si c’est vraiment nécessaire. C’est l’une des idées derrière l’Ecocapsule».

 

L’énergie qui alimente la capsule est renouvelable. Elle est produite par des panneaux solaires et par une éolienne silencieuse, puis stockée dans des batteries pour une utilisation ultérieure. Avec cette énergie, la capsule peut rester hors réseau toute l’année et peut même recharger une voiture électrique.

 

L’Ecocapsule a reçu les louanges de différentes célébrités comme l’actrice hollywoodienne Susan Sarandon ou le présentateur et comédien James Corden.

 

Cela dit, le chemin de la réussite n’a pas été simple pour Soňa, et même si le fait d’être une femme n’a pas toujours été un frein, elle affirme que ses partenaires commerciaux la traitent parfois différemment.

 

«À plusieurs reprises, je suis allée voir des partenaires commerciaux qui n’ont pas fait preuve de beaucoup de politesse à mon égard ou qui ne m’ont pas prise au sérieux. Je pense qu’une femme, surtout si elle est jeune, doit se battre si elle veut se faire respecter. Je suppose que c’est ce qui arrive lorsque vous travaillez dans un domaine dominé par les hommes

 

Actuellement, l’Ecocapsule est en phase finale de prototypage, avec deux prototypes finaux.

 

L’année prochaine, Soňa et son équipe projettent de produire 50 capsules en édition limitée, qui peuvent être réservées sur leur site web.