Publication d'une étude sur les femmes à l'ère du numérique

Une nouvelle étude de la Commission européenne intitulée «Les femmes à l'ère du numérique» montre que l'entreprenariat féminin dans le domaine numérique progresse lentement. L'entrepreneuriat féminin contribue de manière significative à la croissance économique et réduit la pauvreté aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays émergents.

 

Selon la section 3, dans les pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), le nombre d'entreprises appartenant à des femmes est d'environ 30%. De même, les femmes représentent 37% des entrepreneurs en Europe (selon l'enquête européenne de 2015 sur les conditions de travail).

 

Alors que près de la moitié des start-up appartiennent à l'économie numérique, l'étude révèle que seulement 14,8 % des 6 340 créateurs à l'origine de ces 2515 entreprises sont des femmes. Notons néanmoins le chiffre record de la Lituanie parmi les pays de l'UE-28, qui compte 39,5 % de femmes entrepreneurs.

 

L'étude révèle également que 6 pays de l'UE figurent parmi les 10 pays affichant la plus grande proportion de femmes entrepreneurs: le Royaume-Uni, le Danemark, les Pays-Bas, la France, la Suède et la Finlande. De même, tous les pays de l'UE présentés dans l'étude se classent dans les 40 premiers en ce qui concerne l'entrepreneuriat féminin. Cela semble indiquer que les pays européens présentent des conditions favorables au développement de l'entrepreneuriat féminin.

 

Concernant l'entrepreneuriat dans le secteur européen des TIC, la participation des femmes progresse puisqu'elle est passée de moins de 20 % à 23,4 %. Malgré ce faible pourcentage, l'étude montre que dans le domaine numérique, les start-up appartenant à des femmes ont plus de chances de réussir et que le rendement des investissements y est supérieur de 63 % à celui des entreprises créées par des hommes.

 

Autre tendance significative mise à jour par l'étude: les femmes entrepreneurs dans le secteur des TIC travaillent dans des entreprises plus grandes que les années précédentes. En effet, en 2010, presque toutes les femmes entrepreneurs travaillaient dans des micro-entreprises.

 

Globalement, la section 3 de l'étude semble indiquer que, même si l'entrepreneuriat féminin progresse lentement dans le domaine numérique, les personnes qui s'y engagent ont de bonnes chances de réussir. Lisez l'étude complète ici.