Faites connaissance avec cette jeune PDG qui travaille avec toujours plus d’acharnement

Marie Amigues
CEO of Altagram GmbH

 

Do not define yourself by gender. 

It is tough to create a company whether you’re a man or a woman.

 

 

Marie Amigues, fondatrice et PDG d’Altagram GmbH

  • Une entreprise spécialisée dans la localisation de jeux vidéo, de la gestion générale au développement des entreprises, des opérations commerciales à la stratégie.
  • Précédemment: fondatrice et PDG d’ANAKAN GmbH

Marie-Laurence Amigues a créé sa première entreprise dans le secteur de la localisation de jeux vidéo à Berlin il y a dix ans. Avec son équipe et ses partenaires, ils ont travaillé pour de nombreux clients de renom, tels que Microsoft Studios, Ubisoft et Warner Bros. Aujourd’hui, elle est la PDG d’Altagram et WEgate lui a posé quelques questions sur sa carrière et ses réussites.

 

WEgate: Que pouvez-vous nous dire sur votre nouvelle entreprise?

 

Marie Amigues :Altagram représente la convergence d’une équipe passionnée et talentueuse, qui possède de nombreuses années d’expérience dans le secteur de la localisation de jeux vidéo.

 

Nous proposons une large gamme de services de localisation pour les logiciels dans plus de 35 langues, sur toutes les plates-formes et types de jeux vidéo. De quelques lignes de traduction à un projet de doublage audio extrêmement complexe, nous traitons chaque projet avec le même professionnalisme et nous appliquons notre expertise à chaque étape du processus de localisation.

 

L’entreprise existe depuis plus de deux ans et plus de 20 personnes travaillent en interne à plein temps. Nous disposons aussi d’un vaste réseau de traducteurs indépendants (600) et de partenaires de services audio dans le monde entier.

 

Quel événement ou quelle personne vous a incitée à lancer votre propre entreprise, et quels soutiens avez-vous reçus?

 

J'ai toujours voulu être mon propre patron et vivre à Berlin. Créer ma première entreprise à Berlin était la solution idéale pour combiner ces deux rêves.

 

J'ai bénéficié d’un solide soutien de «Berlin Partner», une agence étatique qui aide les entreprises, nouvelles et existantes, à de nombreux niveaux.

 

L’entrepreneuriat est toujours fréquemment considéré comme un territoire réservé aux hommes. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui veulent devenir des entrepreneures?

 

Je ne pense pas que nous devrions nous définir par notre sexe. Nous sommes des entrepreneures. Il est difficile de créer une entreprise, que l’on soit un homme ou une femme.

 

Mon approche personnelle (après avoir créé deux entreprises) est de rester concentrée sur mes objectifs. Je fais aussi du sport au moins deux fois par semaine, ce qui me donne de l’inspiration quand je traverse des moments vraiment difficiles ou quand je commence à douter de mes capacités et de mes idées. Je rassemble mes forces et je travaille avec encore plus d’acharnement. Enfin, je travaille en réseau avec les personnes les plus intéressantes que je peux trouver, qu’elles soient directement liées à mon activité ou non, et je reste toujours en contact avec ma famille et mes amis.

 

L’inspiration et les réponses aux questions difficiles ne viennent pas toujours des collègues. Je suis ouverte à différentes façons de penser, ce qui m’aide parfois à aborder un problème sous un angle différent et à trouver une solution.

 

Quel est l’aspect que vous préférez dans votre travail?

 

Tout! Du recrutement à la gestion en passant par le développement commercial et la stratégie, ou les fêtes avec les collègues. J’adore cette vie!

 

Favourite quote/motto?

 

«Soyez curieuses et écoutez... même les critiques!»