Combler le fossé numérique entre les femmes et les hommes

07 mars, 2019

L’égalité entre les sexes est encore loin d’être une réalité, en particulier sur le marché du travail. Lors d’une conférence sur ce thème à Bruxelles, la commissaire en charge de l’économie numérique, Mariya Gabriel, a évoqué la nécessité de s’attaquer à cette fracture numérique entre les sexes.

 

«L’avenir de l’Europe, aussi bien de notre économie que de notre société, est numérique», mais le monde numérique est «en grande partie un monde d’hommes, où les femmes sont sous-représentées et ont du mal à trouver leur place», a déclaré la commissaire Gabriel.

 

La numérisation est importante pour les citoyens et les entreprises. Bien exploitée, elle offre plus d’opportunités que de risques et rend service à tous les citoyens.

 

Un récent rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques constate que les problèmes d’accès à l’éducation et aux compétences, ainsi que les préjugés socioculturels, sont responsables du fossé numérique entre les sexes. De même, une étude du Parlement européen révèle qu’alors que les élèves des deux sexes manifestent un intérêt similaire pour les TIC aux premiers stades de leur éducation, dans le supérieur, à peine 9,6 % des étudiantes choisissent ce domaine, contre 30,6 % de leurs homologues masculins.

 

Cette fracture persiste sur le lieu de travail, puisque seulement 32 % des employés des TIC sont des femmes et qu’elles occupent souvent des postes de bas niveau (elles ne sont que 19,2 % à occuper des postes de direction). De plus, le taux de décrochage est plus élevé chez les femmes. Selon la Commission européenne, cela coûte 16 milliards d’euros à l’industrie numérique.

 

Mais il n’est pas trop tard pour agir. Cet écart est un sujet important qu’il convient d’aborder aussi bien au niveau de la Commission, qu’au niveau professionnel et entre les citoyens. Il est également nécessaire de couper court aux stéréotypes et d’offrir davantage de modèles de référence pour les jeunes filles.

 

Selon Euractive, la commissaire Gabriel a prévu un plan d’action dans le cadre de la stratégie qu’elle a présentée l’an dernier lors de la Journée internationale de la femme.

 

Les objectifs sont de lutter contre les stéréotypes, de promouvoir les compétences et l’éducation numériques et d’encourager les femmes entrepreneurs. Le tableau de bord des femmes dans le numérique a également été lancé pour évaluer les performances des pays de l’UE dans le numérique et pouvoir ainsi formuler des recommandations.

 

La Commission a également fait une déclaration pour inciter les entreprises à adopter des mesures visant à combler le fossé numérique entre les sexes, et elle veillera à ce qu’elles s’y engagent.

 

La commissaire Gabriel poursuivra également le débat au niveau ministériel car «ce n’est que collectivement que nous pourrons changer la situation des femmes dans le numérique».